Arrêt, immobilité, salut

En vente dans toutes les librairies (commande) et en ligne sur tous les sites de vente de livres.
Et… sur mon site : Livres

Actualité

Pas d'actualité pour l'instant

N'hésitez-pas à me proposer un salon du livre ou une exposition !

Accéder à l'agenda

Campagne de prévente — deuxième volet

Pour le nouveau roman d’Alexis Chartraire

« Les feux de la Saint-Jean »

Alexis Chartraire, 58 ans, est artiste peintre professionnel depuis une quinzaine d’années. Écrivant depuis longtemps sans envisager de publier, il a décidé, à l’occasion d’une rencontre avec le fameux Théodore Géricault, après avoir reproduit le « Radeau de la Méduse » d’écrire son premier ouvrage « Cavalcade — Théodore Géricault ». Depuis 2018, son cœur balance. C’est depuis la sortie de mon premier policier, « Arrêt, immobilité, salut », en 2021, qu’il a choisi de mener parallèlement les deux carrières, celles de peintre et d’écrivain. (Voir la biographie détaillée)

Son troisième, un roman policier, paraîtra aux éditions Maïa. Il fait l’objet actuellement d’une campagne de prévente sur le site simply-crowd (voir le lien). Plus son projet récoltera d’argent, plus « les feux de la Saint-Jean » pourra être promu. Nous avons dépassé 25 % de l’objectif, la première étape, la création de la couverture est en cours. Si nous atteignons 75 %, 100 %, ou plus, il sera distribué auprès de 250 à 1000 librairies, ce qui en assurerait sans aucun doute le succès. Bien entendu, si nous n’arrivons pas à ces objectifs, le livre sera édité, mais il devra en faire la publicité, ce qui en limiterait la diffusion.

C’est pourquoi, tout en remerciant chaleureusement les 23 donateurs qui recevront leurs contreparties dès la parution, nous continuons notre campagne de promotion pour aller au-delà des 554 € collectés.

Résumé

Jules, jeune lieutenant de police à La Rochelle, appelé pour constater comme OPJ un décès banal, est d’une nature curieuse et se pose souvent trop de questions selon ses collègues. La période estivale, calme du point de vue criminel, laisse son service sans véritable affaire, la commissaire lui permet d’enquêter pour qu’il « ne perde pas la main ». Mais, une série de morts étrangement anodines se produisent en quelques jours. Les conclusions du légiste ne peuvent pas satisfaire non plus l’appétit de Jules. Il se retrouve avec six puis douze dossiers de cas similaires sur son bureau en fouillant dans les cold-case.

Toutes ces affaires, qui n’en sont pas, auraient dû finir aux archives, classées sans suite, ou ne jamais en ressortir. Ça fait beaucoup rire les autres, car il est « le seul flic du monde à n’enquêter sur rien », jusqu’au moment où il est pris pour cible par un inconnu en pleine rue…

Toujours avec humour, et avec une certaine légèreté pour ne pas tomber dans le roman noir, ce roman policier dans lequel on marche à la frontière du fantastique est innovant. En effet, Jules, le personnage principal, subit ce qu’il appelle des hallucinations : une très belle fille, blonde, les yeux bleus, se présente à lui comme étant son ange gardien. Pour ce tombeur, qui ne croit en rien, ces visions sont sans aucun doute le fruit de son imagination…

Extrait (Pages 17 & 18 — chapitre V)

« En attendant que le légiste arrive, j’inspectai le logement. Certain de ne pas pouvoir compter sur ma mémoire, je prenais des notes. Je risquais d’oublier jusqu’à ma présence ici. Je voyais tout dans un tournis permanent, la houle était forte. D’après ses écrits, le journaliste travaillait sur le mythe de la ville d’Ys. Il semblait préparer un livre.

— Vous faites une de ces têtes Lapierre. Voulez-vous que je vous ausculte ?

Le docteur Caume était furieux, non pas d’avoir été dérangé en pleine nuit, mais parce que c’était le troisième mort sans raison apparente en trois jours. Sentant mon haleine, il hocha du chef, et partit s’occuper de son client sans un mot. Il aurait bien vérifié l’état de mon foie, mais il devait attendre que la cirrhose m’emporte pour ça. Paul Bernado avait 29 ans et paraissait en bonne santé, rien ne justifiait de le voir les bras écartés, la bouche ouverte, affalé sur le dossier du canapé avec cet air crispé que nous avions observé sur les deux précédents cadavres.

— Ne pourraient-ils pas mourir comme tout le monde par balle, ou criblé de coups de couteau ? râla-t-il en examinant le corps, sans remarquer qu’il n’était pas seul.

Les légistes semblent vivre dans un autre univers. Ne constatant aucune cause visible, il se releva et me dit :

— La dernière pensée de ce pauvre homme a dû être une catastrophe ou un incendie de forêt. Je ne supporte pas ces désinformateurs en continu. Mon rêve est de partir en beauté en écoutant du Bach ou du Mozart.

Je le laissai en souhaitant ne pas devoir me poser ce genre de question avant longtemps. Je passai à la maison pour me doucher de nouveau dans le vain espoir de retrouver un peu de lucidité. De retour au bureau, malgré un mal de tête carabiné, j’arrivai à rédiger le rapport d’intervention de la nuit, probablement par habitude. Dans un brouillard qui tardait à se dissiper, je conclus que les trois derniers décès naturels n’étaient pas normaux parce qu’il s’agissait de gens jeunes et bien portants, d’après le légiste. »

Les différentes étapes de la prévente

L’objectif est de récolter 990 € afin de financer l’ouvrage et de le promouvoir. Actuellement, nous avons dépassé les 25 % de cet objectif, ce qui a permis la création de la couverture par un graphiste.

La prochaine étape à 50 % va déclencher la publication. Ceux et celles qui ont réservé seront livrés.

Aux stades suivants, il sera distribué aux professionnels, ce qui facilitera la commercialisation et la connaissance auprès d’un public le plus large possible. Sans cette promotion, la diffusion des livres des auteurs non médiatisés reste confidentielle. À partir de 75 %, au moins 250 librairies recevront un exemplaire, à 100 % 450, et à 150 %, plus de mille. Il faut souligner que pour un écrivain, qui ne touche en moyenne qu’une douzaine de pour cent du montant des ventes, cette distribution assure un minimum de revenu. C’est pourquoi il est important de participer à ce projet.

Participer au projet

Vous pouvez soit payer en ligne, ou, si vous préférez, transmettre directement votre participation par chèque ou en espèce à Alexis Chartraire qui validera votre don. Le montant est libre, à partir de 6 €. Comme dans tous les projets collaboratifs, à chaque somme correspond une contrepartie :

  • 6 € : un message de remerciement et votre nom de contributeur dans le livre.

Directement de la part de l’auteur : un exemplaire PDF de Cavalcade

  • 12 € : le livre au format ebook (numérique) et votre nom de contributeur dans le livre.

Directement de la part de l’auteur : un exemplaire PDF de Cavalcade

  • 19 € : un exemplaire papier, une dédicace du livre en avant-première et votre nom de contributeur dans le livre.

Directement de la part de l’auteur : un exemplaire papier au choix entre Cavalcade et Arrêt, immobilité, Salut.

  • 29 € : un exemplaire papier, une dédicace du livre en avant-première, le livre au format ebook (numérique) et votre nom de contributeur dans le livre.

Directement de la part de l’auteur : un exemplaire papier de Cavalcade et Arrêt, immobilité, Salut.

  • 45 € : un exemplaire papier, une dédicace du livre en avant-première, un second exemplaire à offrir à une personne de votre choix, le livre au format ebook (numérique) et votre nom de contributeur dans le livre.

Directement de la part de l’auteur : deux exemplaires papier de Cavalcade et un d’Arrêt, immobilité, Salut.

  • 75 € : un exemplaire papier, une dédicace du livre en avant-première, deux autres exemplaires à offrir aux personnes de votre choix, le livre au format ebook (numérique), votre nom de contributeur dans le livre, un remerciement spécial aux contributeurs en 4e de couverture et une rencontre avec l’auteur.

Directement de la part de l’auteur : deux exemplaires papier de Cavalcade et d’Arrêt, immobilité, salut.

En outre, chaque participant recevra un ensemble de cartes postales reproduisant des peintures d’Alexis et au moins un marque-page.

Site officiel du romancier et peintre Alexis Chartraire - (c) 2022